Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale
email

mot de passe

<< Retour au chapitre

Unité 9.2 - La septième diminuée - Vidéo pratique

Observation de la septième diminuée dans deux oeuvres : le nocturne de Chopin op.9 n°2, et le premier prélude en ut de Bach, issu du claver bien tempéré.

Sources

Bach - Clavier bien tempéré, prélude n°1 en ut, BWV 846
- source audio : http://www.youtube.com/watch?v=ynZAbz5n0Jk
- source partition : http://javanese.imslp.info/files/imglnks/usimg/2/2b/IMSLP173661-PMLP05948-1.pdf
Chopin - Nocturne op.9 n°2
- source partition : http://javanese.imslp.info/files/imglnks/usimg/1/1a/IMSLP34916-PMLP02312-Chopin_Klavierwerke_Band_1_Peters_Nocturnes_Op.9_1200dpi.pdf

5 commentaire(s)

Par apprenti sorcier, écrit le 28/05/2016 à 17h10
bonjour,
minute 31,4 vous avez corrigé la septième diminuée de basse fa dièse en remplaçant le mib par do,cela veut il dire qu'on ne double jamais la septième ?

merci
p.s.:je suis aussi très intéressé pour un cours hors série sur l'écriture à cinq voix

Par Jean-Louis Fabre, écrit le 28/05/2016 à 17h36
Bonjour,
non, j'ai simplement rétabli le texte exact, ce n'est pas un choix de ma part. A vrai dire, on ne double ni le do, la quinte diminuée, ni le mib, la septième diminuée, comme on ne double pas la basse, qui est une sensible (sensible de dominante). Ce sont trois notes à mouvement obligé, et à priori elles ne sont pas doublées. Bach le fait néanmoins, étant à cinq voix. Disons que "scolairement" et à 4 voix, il faut éviter ces doublures.
Par la suite, oui, un cours sur les cinq voix, pourquoi pas. Il y en a un petit aperçu, très bref et très modeste dans l'exercice dans le style de Monteverdi, mais réduit à très peu d'éléments. Je note cette suggestion, mais ce ne sera pas dans l'immédiat car beaucoup de tâches m'attendent , et je suis en panne de salle et de piano. J'espère trouver une solution dans un délai relativement proche, car l'interruption se prolonge...
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Balbino, écrit le 15/05/2016 à 21h33
Très très apprécié.
Par alain44600, écrit le 27/09/2014 à 18h50
Bonjour,
Votre cours est très intéressant.

Cependant dans ce cours vous présentez deux extraits d'oeuvres qui sont à 5 voix, alors que (si je ne me trompe) vous n'avez abordé que le 4 voix pour l'instant.
C'est peut être évident pour vous, mais j'ai un problème de doublures à 5 voix ... ??? Quoi doubler et comment ?
Je ne vois pas clairement ces doublures à 5 voix, donc aussi les postions correspondantes.

Bien cordialement,
Alain
Par Jean-Louis Fabre (gradusadparnassum.contact@gmail.com), écrit le 13/10/2014 à 19h23
Bonjour,
ah oui , en effet !
Je recommande absolument l'écriture à quatre voix et je répertorie les positions de l'accord parfait à l'état fondamental et dans l'état de premier renversement. Mais vous avez raison , je n'en parle pas pour les cinq voix, écriture qui constitue une nouvelle étude.
Il serait trop long d'en parler ici. Disons simplement que (et c'est une vérité de La Palisse) un accord de 3 sons à 5 voix permet deux doublures, à savoir doublure de fondamentale et doublure de la tierce ou de la quinte. On trouve parfois un "triplement" de la fondamentale.
L'accord de septième peut être complet et en même temps doubler sa fondamentale alors qu'à quatre voix il faut choisir entre accord complet ou doublure de fondamentale.
Disons que l'étude à cinq voix n'est pas une urgence du tout, et on peut dire qu'elle n'est quasiment jamais abordée dans les traités.
Lorsqu'on maîtrise l'écriture à quatre voix, le passage à cinq, voire à six voix n'est plus un vrai problème.
Je note votre question et j'en parlerai lors d'une vidéo hors série de réponse aux questions, en proposant par exemple l'harmonisation d'un court extrait à 5 et 6 voix.
Encore merci
bon travail
cordialement
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire