Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale
email

mot de passe

<< Retour au chapitre

Unité 2.1 - Les enchaînements d'accords à l'état fondamental

Cette vidéo traite des accords à l'état fondamental et de leurs enchaînements. Thèmes abordés : réduction des possibilités d'enchaînement à trois types (deux notes communes, une note commune, pas de note commune), étude des règles d'enchaînement, définition des mouvements harmoniques (parallèle, contraire, oblique), l'impossibilité des quintes consécutives dans l'écriture tonale.

13 commentaire(s)

Par Balbino, écrit le 10/04/2016 à 05h56
Comment je souhaite que je connaissais cette source de richesse avant !
Merci beaucoup.
Par Apprenditum, écrit le 21/06/2015 à 11h38
Bonjour,

merci pour ces merveilleuses vidéos et cette pédagogie qui me permettent d'appréhender mes cours d'écriture avec beaucoup plus de compréhension. Mille fois merci pour votre sens pédagogique et votre philanthropie !
Deux questions me sont venues à l'esprit au regard de cette vidéo et de la vidéo : "Unité 1.1 - La réalisation à 4 voix de l'accord".

La première concerne la vidéo "Unité 1.1 - La réalisation à 4 voix de l'accord" à environ 29 minutes :la lecture de la voie de ténor qui si je ne m'abuse, se fait une octave au dessus du son réel, alors que l'on chante une octave en dessous de ce qui est lu. Dans le cadre de votre explication du remplacement de l'octave ténor/basse par un unisson, cela ne revient-il pas de toute façon au même, sachant qu'il me semble que les deux voies ténor/basse chantent le même Do qu'il soit en clé de fa 2ème interligne pour la basse, ou en clé de sol 1ère ligne supplémentaire du bas ?

Ma deuxième question concerne donc cette vidéo et le mouvement parallèle : Michel Baron que vous avez notamment cité dans le commentaire d'une de vos vidéos, distingue les mouvements parallèles avec le mouvement de mêmes intervalles dans deux voies proches (exemple : ténor/basse qui qui montent tous deux d'une tierce pour redescendre d'une seconde), des mouvements directs qui seraient des mouvements parallèles, mais sans cette obligation d'intervalle commun entre deux voies (exemple : basse monte d'un seconde, ténor monte d'une tierce). Il me semble que ce que vous expliquez dans cette vidéo concernant le mouvement parallèle correspond au mouvement direct expliqué par Michel Baron. Que pensez vous de la vision de Michel Baron (si je n'ai pas mal interprété) et quel dénomination devrait-on finalement choisir ? Est-ce important ?

Merci de votre lecture et encore tous mes remerciements pour votre travail.
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 23/06/2015 à 14h31
Bonjour,
et merci pour votre chaleureux message. Puissent en effet ces vidéos apporter une aide véritable aux étudiants dans leur travail d'écriture musicale!
Pour votre première question, attention! J'écris dans les vidéos sur deux portées, basse-ténor en clé de fa et alto-soprano en clé de sol. La voix de ténor (voix et non voie soit dit en passant, pardonnez-moi, je suis incorrigible) est écrite en sons réels. D'ailleurs même sur 4 portées, j'écris TOUJOURS le ténor en notes réelles, que ce soit en clé d'ut 4ème ligne dans le quatuor vocal, ou en clé d'ut 3ème ligne quand j'utilise l'écriture du quatuor à cordes. Cette précision est d'une importance capitale, car si on lit le ténor une octave trop bas, tous mes exemples et exercices seraient faux. Merci de me donner l'occasion de le préciser.
Pour la deuxième question, attention aussi! On emploie le terme de mouvement parallèle ou direct, les deux termes signifient la même chose. Le mouvement parallèle signifie que les deux voix vont dans le même sens: elles montent toutes les deux, ou elle descendent toutes les deux, que les intervalles soient les mêmes ou pas. Le mot parallèle n'a pas le même sens qu'en géométrie où le parallélisme indique qu'on garde le même intervalle. En écriture parallèle a un sens général signifiant: dans la même direction. On observe les mouvements (parallèles, contraires ou obliques) entre toutes les voix, pas forcément des voix voisines. On peut au total observer six couples de voix, quand on est à quatre voix: b-t/b-a/b-s/t-a/t-s/a-s.
J'espère vous avoir donné les réponses que vous attendiez. Si un doute subsiste, n'hésitez pas à me solliciter à nouveau.
Je vous souhaite un bon travail et de belles réussites musicales.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par apprenti sorcier, écrit le 24/04/2015 à 23h56
dans l'enchaînement I,V,conjoint,3 voix descendent et une reste au même niveau,est ce la meilleure formule? ne vaudrait il pas mieux que les voix soient un peu plus disjointes et que les voix qui bougent en dehors de la basse montent?merci
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 07/05/2015 à 09h54
Bonjour, et merci pour cette attention si soutenue aux vidéos!
Vous évoquez l'enchaînement I-V, tonique-dominante, et vous consédérez sans doute les deux accords à l'état fondamental. La basse, d'une part est, en do majeur, do sol, c'est-à-dire qu'elle monte d'une quinte ou qu'elle descend d'une quarte. Son mouvement est indifféremment ascendant ou descendant. Cet aspect est important. Les trois autres voix, ténor, alto, soprano, chantent mi, la tierce, sol la quinte, et do, la doublure de la fondamentale, quelque soit la distribution des rôles. A partir de là, l'écriture la plus simple, et celle qui a été utilisée par tous les compositeurs, et cela avant le système tonal lui-même, est de garder la note commune aux deux accords (sol: quinte de l'accord de do et fondamentale de l'accord de sol) à la même voix: simplicité et équilibre. On pourrait donner des milliers d'exemples de cette écriture chez Bach, Mozart, Beethoven pour ne citer que trois noms. La voix qui chante le mi descend tout naturellement sur le ré, et la voix qui chante le do descend tout naturellement sur la sensible si. Mais par ailleurs, il est possible, dans des cas très particuliers, de sortir de ce modèle très équilibré, oui. Dans ce cas, il s'agit d'une sorte de changement de position pendant un enchaînement; les trois voix supérieures montent toutes les trois, comme vous le suggérez, comme si l'accord de do avait changé de position. Mais attention, dans l'étude de l'écriture, il faut d'abord maîtriser les enchaînements "naturels", les plus simples, avant d'envisager des cas finalement assez rares. Mais votre question est bienvenue, justement pour préciser cet aspect des choses. Merci de votre remarque, j'espère vous avoir apporté l'éclaircissement que vous souhaitiez.
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre
Par Marie-Reine Dps, écrit le 17/03/2015 à 10h04
Bonjour,
vous parlez des consonances parfaites et imparfaites, de quelle catégorie la quarte fait-elle partie, et pourquoi la laisse-t-on de coté? les quartes parallèles sont-elles autorisées?
Merci d'avance pour votre réponse,
Marie-Reine
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 17/03/2015 à 11h00
Bonjour,
à vrai dire, la quarte a un statut particulier: elle est à la fois considérée comme consonance parfaite en tant que renversement de la quinte juste. C'est en effet sa situation dans l'accord parfait à quatre voix do sol do mi par exemple; ici, pas de quarte par rapport à la basse, mais la quinte sol, l'octave do et la tierce mi. Mais on y trouve la quarte sol do en tant qu'intervalle "résultant". C'est en cela qu'elle fait partie des consonances parfaites, au même titre que la quinte. Mais par ailleurs, dans le contrepoint, elle est ni plus ni moins proscrite par rapport à la basse, car elle est alors entendue comme note étrangère devant se résoudre sur la tierce. C'est le fameux 4 3. Il faut bien distinguer par conséquent la quarte "résultante" de la quarte par rapport à la basse. On constate également dans l'harmonie son caractère instable dans les trois types de quarte et sixte. Par ailleurs , pas de problème dans les quartes parallèles; elles sont tout à fait possibles dans la succession d'accords de sixte: fa la ré, mi sol do, ici les 4tes la ré puis sol do ne posent aucun problème.
N'hésitez pas à me solliciter si cette réponse demande complément.
Merci de votre intérêt pour le site.
Jean-Louis Fabre
Par pascal, écrit le 05/01/2015 à 15h30
bonjour
Pourquoi les réponses ne sont pas visible pour nous?????

merci
Par Julian Moreira (gradusadparnassum.contact@gmail.com), écrit le 05/01/2015 à 19h06
Bonjour,

Nous recevons une notification par mail des commentaires que nous recevons sur le site. De ce fait, nous répondons aux questions directement par mail. Ne vous inquiétez pas, nous sommes en train de faire une mise à jour qui nous permettra de répondre directement sur le site. Nous rajouterons également manuellement toutes les réponses que nous avons déjà faites par le passé.

Cordialement,
Julian Moreira
Par pascal, écrit le 06/01/2015 à 09h28
bonjour

Très bonne idée

merci

Cordialement


Pascal

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire