Gradus ad Parnassum - Cours d'écriture musicale
email

mot de passe

<< Retour au chapitre

Unité 5.1 - La quarte et sixte de cadence

Unité consacrée aux accords de quartes et sixtes.

- 0:00 : présentation de l'accord ;
- 2:30 : observation et repérage des quartes et sixtes ;
- 7:30 : les trois types de quarte et sixte: cadence , passage, broderie ;
- 8:30 : la quarte et sixte de cadence, la notion de note étrangère, le chiffrage d'accord ou d'intervalle, chiffrage harmonique ou mélodique, l'appoggiature ;
- 21:00 : la doublure de la basse, les positions de l'accord ;
- 24:20 : aspect métrique dans l 'emploi de l'accord de quarte et sixte, la résolution avec la septième de dominante.

4 commentaire(s)

Par Thomazinette, écrit le 02/07/2018 à 19h17
Bonjour professeur,
Vous dites à 40' que l'appoggiature simple 6-5 ne se fait pas, car elle résulte sur un accord du IIIe degré.
À ma grande surprise j'ai pourtant trouvé une occurrence de cette appoggiature dans le 1er mouvemente de la sonate K332 de Mozart, au 1er temps de la mesure 48. J'y vois un accord de dominante en do majeur mais c'est étrange de voir la sensible si attaquée sur le temps... fort
Par Balbino, écrit le 12/04/2016 à 05h43
Super classe !
Merci beaucoup!
Par apprenti sorcier, écrit le 14/01/2016 à 00h27
trouve t on des quarte et sixte en dehors des quarte et sixte de cadence, broderie et passage. Qu'est ce qui empêche de les utiliser
pour d'autres harmonisations? Merci
Par Jean-Louis Fabre, écrit le 14/01/2016 à 16h27
Bonjour, à vrai dire, et cela peut paraître surprenant, il n'y a pas vraiment d'accords de quarte et sixte autres que ceux mentionnés.
Il faut dire que cet accord est en quelque sorte instable et ne peut être employé dans d'autres contextes.
On peut parfois trouver des quartes et sixtes "égarées", mais il s'agit en fait d'accords à l'état fondamental dont la basse est entendue après. Privé dans un premier temps de sa basse, l'accord est en effet une quarte et sixte, et son caractère instable appelle justement l'arrivée d'une fondamentale. J'en donne deux exemples: le premier accord du mouvement lent de la 7ème symphonie de Beethoven, en la mineur et le prélude du 2ème acte du "Crépuscule des Dieux " de Wagner: quatre trombones accompagnés des cordes font sonner l'accord de 4te et -te de sib mineur, puis les violoncelles, contrebasses et bassons font entendre le sib grave.
Il peut être très intéressant d'observer le goût pour des accords proches (+6 ou 2) chez par exemple Debussy et Ravel, appréciés pour leur couleur et légèreté. ("Laideronnette" de Ravel, " des pas sur la neige..." Debussy), mais on est loin de la 4te et 6te classique.
Il est aussi intéressant de remarquer qu'elle n'est pas très bienvenue dans le choral et qu'elle est proscrite dans le contrepoint rigoureux.
J'espère avoir répondu à votre question
Bien cordialement
Jean-Louis Fabre

Ajoutez votre commentaire:

votre pseudo

votre email

votre commentaire